J’ai une hantise les courses, avant c’était une corvée déjà, maintenant depuis que je suis maman c’est un cauchemar : ne rien oublier, regarder les prix, les dates de péremption, la composition et en même temps surveiller ses mômes c’est trop pour moi.

J’évite, je privilégie le drive mais parfois je ne peux pas faire autrement que d’aller au supermarché faire mes courses avec mes deux enfants.

Et tu comprends, depuis que Mr A est grand frère, il est GRAND, forcément il a le droit de faire les courses, il m’accompagne avec son petit chariot et en fait ça m’arrange parce-que comme je pousse la poussette je ne peux pas en plus pousser un chariot CQFD …

Généralement au prix de multiples efforts c’est gérable mais ce jour-là je me suis laissée distraire, fallait pas, je me suis arrêtée discuter avec une collègue...

Trop long pour un superhéros qui a décidé de partir seul chercher les jouets a-t-il dit a posteriori...

¼ de seconde d’inattention et plus de Mr A en vue !

L’immensité du supermarché, que dis-je de l’hypermarché, ne lui fait plus peur mais ce dont il ne s’est pas rendu compte c’est que de sa hauteur quand il me cherchera il ne verra que des fesses ! Une foule de fesses, et est-il capable de reconnaitre les fesses da maman ?

La terreur subitement s’est abattue sur moi.

Sueur froide, mon cœur se serre, mon sang ne fait qu’un tour, grande solitude, silence au milieu du bruit, un vent de panique s’empare de moi, je cours mais où : à droite à gauche, et mes pensées s’emballent : «et s'il sort et qu’il se fait écraser et si on l’enlève ».

Ça a duré peut-être deux minutes pas plus, mais mes jambes flageolantes, mes doigts accrochés à ma poussette bien fort ; j’ai cru défaillir.

Jusqu’à ce moment-là où j’ai entendu l’emballement de petites roulettes de chariot lancées à vive allure.

Entre soulagement (j’ai retrouvé mon fils, la chair de ma chair, mon amour de ma vie….) et stupeur, je le vois, guidée par la musique frénétique des roulettes, débouler « à fond les ballons » à l’angle d’une allée, prendre un virage serré et ……

Patatras, vol plané du dit petit chariot et de l’ensemble de ses provisions dans un grand fracas qui pour le coup a attiré l’attention de l’ensemble des clients qui d’une seule masse se sont retournés pour observer l’origine du fracas et constater l’ampleur des dégâts.

supermarché

Et moi subitement figée sur place, ma panique évaporée, j’ai honte, juste très très honte…

(Je te laisse imaginer la suite, moi à genoux en train de ramasser, rouge de honte et toute transpirante, ma collègue qui appelle un employé pour nettoyer, mon self control complètement maîtrisé, mon hésitation entre le serrer dans mes bras et le gronder…)

  • Note pour plus tard : ne pas mettre un bocal de cornichon dans le chariot de ton fils ni des œufs d’ailleurs
  • Note pour plus tard 2 : faire les courses loin de chez soi
  • Note pour plus tard 3 : finalement oublie les courses au supermarché on se contente du drive

Julie du Blog Maman tu fais quoi ?