Je suis malade, enfin j’ai la crève quoi ! Je ne vous parle pas d’une pneumonie ou même de la gastro qui vous oblige à aller chez le médecin. J’ai juste la crève. Enfin quand je dis “j’ai juste la crève” ça veut quand même dire que je ne respire plus que par la bouche, que la fièvre me met en sueur et que ça fait deux nuits que je n’ai pas dormi.

Allez, on va chez Pole Emploi

Comme vous vous en doutez aussi, ce n’est pas en me roulant dans le bac à sable de l’école primaire que j’ai choppé ça. C’est le plus petit de mes deux fils qui s’est dit que ce serait cool de lécher les crottes de nez de son meilleur ami histoire de nous ramener quelques microbes à la maison.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, c’est aujourd’hui que j’ai mon rendez-vous à pôle-emploi afin de “redéfinir mes objectifs de carrière”.

Pôle emploi, avec mon

 

 

Pour tout vous dire, j’en suis encore dans ma phase “lune de miel” avec pôle emploi. J’ai fait les bilans de compétences, je m’actualise avec bonne humeur et ce rendez-vous c’était comme rencontrer Dieu pour moi. Oui mais voilà on a beau vous servir un super fondant au chocolat bien coulant avec sa glace à la vanille, quand on a la crève on n’a plus de goût ni d’odorat de toute façon !

Résultat, j’avais autant envie d’aller à ce rendez-vous que de me faire clouer la langue sur la table de la salle à manger.

Du coup mon fils et moi avec nos 500 paquets de mouchoirs, on est allé à pôle emploi.

Revoir mon "Conseiller personnel"

J’étais vraiment heureuse de lui montrer que Naomie, elle ne fait pas rien pendant qu'il est à l'école. Mais bon ça c’était raté parce qu’il s’est rendormi sur le trajet de toute façon. Mon “conseiller personnel” m’a demandé si j’allais bien et si je voulais pas déplacer le rendez-vous, je lui aurais bien répondu :

“J’ai l’air si moche que ça, ça se voit pas que ça fait deux heures que j’essaie d’étaler mon fond de teint premier prix pour cacher le fait que je suis toute blanche ?”

ou ça : “Non alors mon coco si je me déplace avec mon fils, malade, pour qu’on ne fasse que reporter le jour où tu me trouves un vrai travail,  je pense que je vais te lécher le visage pour te rappeler ce que ça fait d’être malade !!!”.

Mais je me suis contenter d’un poli “Nooon ça va aller, le travail avant tout !.

J’ai pas dû être convaincante parce que ça n’a duré que 15 minutes, à la fin mes objectifs étaient toujours les mêmes et je n’ai toujours pas de travail.